ads

Sécuriser WordPress en 10 étapes

By on juin 6, 2013 - 7 295 lectures

J‘ai trop souffert d’attaques de pirates afin de prendre le contrôle de mes comptes admin de mon blog WordPress depuis quelques temps.
Pour l’instant je croise les doigts je n’ai pas subi de préjudices trop graves, mais autant partager avec vous quelques astuces pour sécuriser vous aussi votre blog basé sur WordPress.

Mettez à jour WordPress et vos plug-ins

Mettez tout à jour dès qu’une nouvelle version de WordPress ou de vos plug-ins est disponible.
Ces mises à jour résolvent souvent des failles de sécurité…

Masquez votre compte administrateur

Lors de l’installation de votre site ne choisissez ni admin comme nom de compte ni votre prénom ou votre nom de famille. Ces comptes sont les premiers qui seront testé par les pirates !
S’il est trop tard pour cela vous pouvez changer le nom de votre compte via phpMyAdmin ou par l’intermédiaire de plugins mais je vous conseille plutôt de :

  • créer un nouvel utilisateur admin
  • supprimer votre premier compte admin
  • et transférer vos articles sur ce nouveau compte

Rassurez-vous ces options sont très bien expliquées lors de la suppression d’un compte.

Pourquoi faire cela ?
Tout simplement parce qu’il est possible de découvrir assez facilement le login de votre premier utilisateur (ici l’admin) en détournant l’utilisation la chaîne author=1.

Seulement il ne faut pas s’arrêter là car votre login admin peut encore être retrouvé en analysant … vos commentaires !
En effet WordPress va rajouter automatiquement une classe comment-author-votrelogin à chacun de vos commentaires…

Pour éviter cela il vous suffit d’intégrer le petit hack suivant dans le fichier functions.php de votre thème :

function remove_comment_author_class( $classes ) {
    foreach$classes as $key => $class ) {
        if(strstr($class"comment-author-")) {
            unset( $classes[$key] );
        }
    }
    return $classes;
}
add_filter( 'comment_class' 'remove_comment_author_class' );

Ce n’est pas fini ! Car votre login apparait aussi dans la balise <dc:creator> qui se trouve dans votre flux RSS.

Manque de bol il n’existe pas de hack pour l’enlever proprement…
Vous allez donc devoir procéder en 3 étapes :

  • Copier le fichier /wp-includes/feed-rss2.php dans le répertoire de votre thème
  • Editez-le et remplacez la balise <dc:creator><?php the_author() ?></dc:creator> par ce que vous voulez
    Exemple : <dc:creator><?php echo site_url();  ?></dc:creator>
  • Rajoutez le code suivant dans votre fichier functions.php :
function create_my_custom_feed() {
    load_template( TEMPLATEPATH . '/feed-rss2.php');
}
add_feed('rss2''create_my_custom_feed');

Et voilà !
Bonne chance pour trouver votre login de connexion maintenant.

Cryptez votre mot de passe

C’est évident mais je le rappelle quand même : n’utilisez pas votre login, votre prénom ou tout mot de passe qui serait facile à deviner.
Idéalement mettez-y des caractères spéciaux des chiffres, des majuscules, des minuscules, etc.

Par défaut les mots de passe WordPress sont encryptés en MD5, et donc « relativement » faciles à cracker.

Semisecure Login Reimagined remplace ce cryptage par un la combinaison plus solide d’une clé publique et d’une clé privée d’encryption.

Télécharger le plugin : Semisecure Login Reimagined

Limitez les tentatives de connexion infructueuses

User Locker permet de limiter le nombre de tentatives de connexion avant de bloquer un compte.

Dès qu’un compte est bloqué, il ne peut être débloqué qu’en faisant une demande de nouveau mot de passe !
Les attaques en force brute sont donc impossibles.

Télécharger le plugin : User Locker

Rajoutez une clef supplémentaire à votre installation WordPress

Lors de votre installation WordPress il y a fort à parier que vous n’avez pas changé votre clef secrète, utilisée notamment pour encrypter vos connexions à votre base de données SQL .
Qu’à cela ne tienne, ça se corrige facilement !

Cliquez sur ce lien : Génération d’une clef privée WordPress

Copiez les 4 lignes qui devraient ressembler à cela :

define('AUTH_KEY',        '[tCP...');
define('SECURE_AUTH_KEY''fEwx...');
define('LOGGED_IN_KEY',   'p8Ky...');
define('NONCE_KEY',       '7Kl*...');

Et collez les dans votre fichier wp-config.php

Masquez la version de WordPress

Il existe des plug-ins mais autant rajouter ces quelques lignes dans votre fichier functions.php :

remove_action('wp_head''wp_generator');
remove_action('wp_head''wp_shortlink_wp_head', 10, 0 );
remove_action('wp_head''wp_dlmp_l10n_style' );
remove_action('wp_head''rsd_link');
remove_action('wp_head''wlwmanifest_link');

Supprimez également le fichier readme.html qui se trouve à la racine de votre installation et qui contient … le numéro de votre version WP installée.

Protégez vos répertoires

Un des soucis de WordPress c’est que le CMS est open-source et très connu.
Par conséquent n’importe qui peut le télécharger et découvrir en 5 minutes l’architecture de votre site, et parfois ses failles…

Pour une raison que je ne comprends pas la plupart des répertoires ne sont pas protégés en lecture.

Dans le répertoire racine de votre blog se trouve le fichier .htaccess qui définit certaines règles de sécurité ainsi que les règles d’URL rewriting.

Rajoutez au début du fichier les ligne suivantes :

<Files ~ "^.*\.([Hh][Tt][Aa])">
order allow,deny
deny from all
satisfy all
</Files>
<files wp-config.php>
order allow,deny
deny from all
</files>
Options -Indexes
ServerSignature Off

Les 2 premiers blocs limitent les accès à vos fichiers .htaccess et wp-config.php (où se trouvent EN CLAIR vos login/password de connexion à votre Base de données).

Les 2 dernières lignes protègent en lecture les répertoires et masquent la signature de votre serveur Apache.

Pour rajouter une protection à vos différents répertoires en lecture, créez ensuite un fichier vide nommé index.php, et copiez le dans les répertoires suivants :

  • /wp-content/
  • /wp-content/plugins/
  • /wp-content/uploads/

Supprimez des plug-ins

Les plug-ins sont parfois truffés de failles de sécurité.
Donc autant que possible limitez le nombre de plug-ins installés et dès que vous en désactivez un SUPPRIMEZ LE !
Car même inactifs certains plug-ins mal codés peuvent fragiliser votre installation …

Masquez le nom de votre thème

Tout comme les plug-ins, certains thèmes présentent des failles de sécurité.
Histoire de brouiller les pistes :

  • Modifiez le nom du répertoire de votre thème
  • Ouvrez le fichier styles.css de votre thème et changez le bloc suivant avec ce que vous voulez :
/*
Theme Name: mon-thème 1.0
Description: ah bah ...
Version: 1.0
Author: Moiiiii
*/

Seul petit inconvénient : vous devrez faire d’éventuelles mises à jour de ce thème « à la main ».

Installez Cloudflare

Bon là on passe à un autre sujet … Je n’aborderai pas ici la question des performances (minification à la volée, semi-CDN, chargement JS asychrone, etc.) que propose Cloudflare, ni même son intégration au projet Honey Pot qui permet d’arrêter les spammeurs.

Mais je vous dirais juste ceci : en passant par Cloudflare comme CDN gratuit vous affichez au spammers et hackers les DNS de Cloudlfare, et vous serez donc protégés des attaques DDoS ainsi que de certaines injections SQL malicieuses.

Pour installer Cloudflare rendez-vous ici : https://www.cloudflare.com

Histoire de faire ceinture et bretelle j’ai également installé le plug-in Bad Behavior même si je pense que ça devient pour le coup complètement inutile (vos avis sont les bienvenus d’ailleurs).

Verifiez que vous êtes bien protégés

Installez le plug-in WP Security Scan, suivez les indications proposées, puis supprimez le plug-in.

Vous pouvez aller encore un cran plus loin en installant 6Scan SecurityBulletProof Security ouAskApache Password Protect mais mal utilisés ces plug-ins ont vite fait de mettre la grouille dans votre install… donc prenez vos précautions !

Et vous ? Vous ajouteriez quoi comme mesure efficace de sécurité ?

Jean Pierre Benoit

About Jean Pierre Benoit

Le directeur de la rédaction et le co-fondateur de Hebernews.com. Il sévit sur Internet depuis quelques années et s’intéresse plus particulièrement aux nouveaux usages, qu’ils soient liés au matériel (comme le tactile) ou au logiciel (comme le social).

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


7 − 5 =